11 mai 2009

De l'art de faire une suite

En 2001, Richard Kelly réalisait son premier long métrage intitulé Donnie Darko. Oeuvre obscure et difficilement résumable, elle acquit, par le bouche à oreille, et en quelques années le statut rare d'oeuvre culte auprès d'aficionados, rarement habitués à un film d'une telle densité. L'histoire mettait en scène le tout jeune et excellent Jake Brokeback Moutain Gyllenhaal dans le rôle d'un lycéen passablement perturbé, dont l'ami imaginaire (?), un homme déguisé en lapin, lui révélait que la fin du monde allait se dérouler dans 28... [Lire la suite]
Posté par esteban à 15:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 avril 2009

Le premier jour du reste de ta vie, de Rémi Bezançon (2006)

Depuis quelques années, on a accepté, avec une certaine résignation, que le cinéma français se soit réfugié dans la comédie de masse. C'est rentable, ça ne demande pas une réalisation élevée (qui chantera le plaisir du champ-contrechamp ?...), la caméra peut être tenue par un vague stagiaire malvoyant, manchot et épileptique, le scénario s'écrit rapidement, on se fout des dialogues, pourvu qu'il y ait des phrases cultes dont on pourra arroser le public avant même la sortie du film ("toi aussi, retrouve sur ton portable les... [Lire la suite]
Posté par esteban à 13:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 avril 2009

Stockholm, errence n°2

Les réalités se déforment toujours au contact d'autres mondes...
Posté par esteban à 12:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 avril 2009

De l'art de laisser une grosse empreinte...

Mon cher Nini, ultra Président de tous les français, voire du monde, de la galaxie et bientôt de l'univers tout entier ça fait longtemps que je ne t'ai pas écrit. Mais je me suis dit que je n'allais pas t'importuner pour des broutilles... Et puis, je sais que tu as du boulot, parce que, sauver le monde, mine de rien, ça prend du temps. M'enfin, tout de même, je vois le temps qui passe, et je me dis que nous n'en avons plus tant que ça, du temps avec toi. Bon, bien sûr, je me doute bien que tu as pour projet de t'incruster à... [Lire la suite]
Posté par esteban à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 avril 2009

Stockholm, errence n°1

Attentes d'aéroports...
Posté par esteban à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2009

De l'art de copier discrètement en espérant que personne ne le voit...

Vous connaissez tous mon aversion contre les dessins (in)animés de Walt Disney, avec leurs bons sentiments qui puent des pieds, leurs chansons mièvres et dégoulinantes de bonnes intentions, leurs personnages à la psychologie qui tient sur un timbre poste, leur simplification à l'extrême des contes de Grimm (relisez, par exemple la fin de Blanche-Neige, où la méchante reine, qui assiste aux noces du beau prince et de Blanche-Neige, est punie ainsi : "Mais déjà on avait fait rougir des mules de fer sur des charbons ardents, on les... [Lire la suite]
Posté par esteban à 09:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 mars 2009

De l'art de couper court à toute discussion...

Apparu il y a une trentaine d'années, le slasher est un sous-genre du cinéma d'horreur. "To slash" signifiant trancher, couper, le slasher désigne un type de film où un tueur psychopathe va s'efforcer de tuer, un à un, toute une bande de jeunes adultes, à grand renfort d'armes blanches ou apparentées : machette, couteau, perceuse, pioche, hache, coupe-ongles (euh, non, pardon, je dois réviser mes fiches !)... Le premier vrai slasher est certainement Black christmas de Bob Clark tourné en 1974. Mais ce dernier film n'a pas... [Lire la suite]
Posté par esteban à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2009

En suspension...

Du côté de Montréal toujours. Un lampadaire qui semble flotter au milieu d'une avenue.
Posté par esteban à 06:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 mars 2009

Une incursion à Montréal

Petite ballade du côté du Mont Royal...
Posté par esteban à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2009

De l'art d'étiquetter...

Petit voyage en avion, du côté de British Airways. Un long courrier. 6 heures à s'occuper comme on peut engoncé dans un fauteuil décidément trop petit, mais qui donne l'apparence et l'illusion d'être confortable. Heureusement, les distractions, dans les longs courriers sont multiples. On peut se battre contre le voisin de devant qui s'échine à baisser son siège et à réduire considérablement votre espace vital (qui n'était déjà pas si grand, eut égard au fait que vous devez partager vos accoudoirs avec vos voisins) ; on peut avaler... [Lire la suite]
Posté par esteban à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]