On devrait lire plus souvent la presse gratuite. Elle regorge de perles délicieuses et autres merveilles qui font la joie du lecteur lambda.
J'en veux pour preuve les derniers Direct Matin qui me sont tombées des mains entre les mains.
Celui de la fin octobre d'abord, qui nous apprenait cette horrible nouvelle : les (salauds de) grévistes (qui ont des couteaux de bolchéviques entre les dents) avaient encore frappé et pris en otage une nouvelle victime en la personne de Lady Gaga, obligée d'annuler ses concerts des 22 et 23 octobre derniers. Les enfoirés de manifestants... Se rendent-ils comptent du mal qu'ils répandent sur leur passage ?
Dans cette même édition, on apprenait aussi une nouvelle fantastique, toujours au rayon supermarché-musique qui allait ravir tous les fans d'Archive pas encore convaincus que leur groupe adoré sentait de plus en plus furieusement le sapin... En effet, voilà t-y pas que nos petits coquins ont collaboré activement au dernier album de Mylène Farmer... Fascinant, surtout lorsqu'on découvre le titre phare intitulé sobrement "Oui,... Mais non" et son clip fabuleux, où des danseurs à coiffure de balai brosse ondulent autour de la diva, assise sur un trône, à peine capable d'esquisser trois ou quatre pauvres bouts de chorégraphies, le tout dans un décor unique, avec des ralentis sublimes et des accélérés qui déchirent... Où va-t-elle chercher une telle inspiration ?
Et puis voilà que dans l'édition du 15 novembre (soit J + 1 après le remaniement ministériel que Nini nous a pondu un dimanche, histoire de nous faire croire qu'il bossait le Jour du Seigneur), on pouvait lire un fantastique article à la gloire de Christian Estrosi qui déclarait, sans rire :
"Un nouvel engagement m'appelle aujourd'hui. Il s'agira pour moi, à l'Assemblée Nationale, de continuer à réformer notre pays et à promouvoir notre ville, notre communauté urbaine et notre département. Je m'engage à mettre toute mon énergie au service des Niçois et des Azuréens".
Élu depuis le 16 mars 2008 au poste de maire, monsieur Estrosi se met enfin, deux ans et demi plus tard, à s'occuper du boulot pour lequel il a été désigné (et payé). Et après on dit du mal des fonctionnaires...
En tout cas, l'avantage, avec Direct Matin (dont l'actionnaire principal est Monsieur Bolloré), c'est qu'on peut obtenir gratuitement de la propagande Elyséenne, alors qu'avant il fallait acheter Le Figaro... De quoi se plaint-on, franchement...