un_secret_grimbertPhilippe, jeune homme chétif est fils unique. Pourtant, très vite, il s'invente un frère aîné, parce qu'il éprouve un terrible manque et qu'il sent qu'il a besoin de le combler. A l'aube de ses quinze ans, le jeune Philippe va se retrouver confronté à un secret de famille, qui va, entre autre, lui prouver que ce frère aîné n'est pas une pure invention de sa part.

Ce livre autobiographique de Philippe Grimbert nous prouve que l'écriture peut être un acte de délivrance qui nous aide à affronter l'intolérable. Cette histoire, qui a ses racines dans la deuxième Guerre Mondiale, nous replonge dans toute l'horreur de la déportation et de l'antisémitisme, et nous montre les conséquences tragiques sur l'histoire des survivants.

Au delà de ça, Grimbert parvient à nous faire réaliser combien un lourd secret de famille peut empoisonner des générations entières d'individus. Et c'est peut-être ici que le livre prend toute sa dimension puisqu'une histoire individuelle devient quelque chose de collectif, qui nous concerne tous.

La démonstration est d'autant plus implacable que le livre est court, que le style est alerte et qu'on ne s'encombre pas de descriptions inutiles ou de belles phrases. Un livre dont on sort grandi, parce que le narrateur s'adresse à un public qu'il respecte. On n'est pas là pour jouer sur la corde sensible, on est très loin du mélo. L'auteur se met à nu de manière pudique, et c'est peut-être là aussi qu'est la force du livre, qui suggère plus qu'il ne dit, qui expose plutôt qu'il ne démontre.

Un livre d'une grande beauté, d'une grande modestie, qui a le mérite de prendre le lecteur pour quelqu'un d'intelligent. Et ça fait drôlement du bien.