Il était une fois, dans le royaume merveilleux et très lointain de la publicité, un vieux roi tout sec qui n'avait pas d'héritier. Aussi, il décida de convoquer tous les plus grands princes pour trouver un digne successeur.

Des centaines de jeunes loups aux dents longues et affûtées se pointèrent au château. Ils montrèrent tous un certain talent dans l'art de manipuler et de faire prendre des vessies pour des lanternes. N'empêche qu'à la fin, le vieux croûton en retint quatre. Quatre jeunes créatifs aux cheveux longs, flottant au zéphyr vespéral, au regard bleu acier, prêts à jeter leur mamie aux orties, après l'avoir couverte de goudron et de plumes, pour réussir.

Et là, le vieux machin était bien embêté, parce qu'il n'arrivait pas à les départager. Ils étaient tous plus libéralistes les uns que les autres... Alors il décida de lancer un défi ! Les quatre monstres acceptèrent avec une joie carnassière.

L'épreuve était donc la suivante : le vieux débris allait leur soumettre un produit, et ils devaient, en quatre semaines, lui soumettre la meilleure campagne possible. Durant leurs quatre semaines, ils devraient parcourir le pays, par mont par vaux et partout, pour trouver et dénicher les idées les plus fabuleuses possibles.

Les quatre jeunes monstres se souhaitèrent bonne chance, tout en croisant leurs doigts derrière leur dos, et en pensant qu'ils allaient, chacun, écraser les trois autres. Puis, ils se hissèrent sur leur fier destrier et partirent, chacun, dans une des directions indiquée par les points cardinaux. Un à l'ouest, un au sud, un au nord, et le dernier au sud-ouest, juste par provocation, et aussi pour embêter le lecteur, qui pensait déjà qu'il allait, logiquement, partir à l'est (comme quoi...).

Durant leur absence, la vieille chose attrapa la lèpre. Ce détail n'apporte rien à notre merveilleuse histoire, mais c'est juste pour écrire une péripétie.

Au bout de quatre semaines, tandis que la vieille croûte soignait ses croûtes, justement, les quatre rongeurs revinrent, fiers comme des Bars Tabacs de leur génie créatif unique et pertinent. Ils tendirent au roi le résultat de leur puissante imagination. Cela donnait ceci :

PHOT0047PHOT0046

PHOT0048PHOT0050

Le roi fut impressionné. Il prit alors sa plus douce et cristalline voix (ce qui était difficile dans son état, mais bon...) et s'exclama :

- Mais que je suis impressionné ! Une telle originalité souffle dans chacun de ces projets. Les slogans sont fins et malins. Et les photos sont fabuleuses... non, vraiment, là, on touche au divin le plus profond, au délire le plus psychédélique. Ces chefs d'oeuvres s'afficheront au panthéon de la publicité...

Là dessus, il héla ses gardes. Les quatre branleurs furent jetés aux oubliettes, après avoir été préalablement tondus. Et le roi jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y reprendrait plus.

- Qu'ils sont cons ces créatifs ! se dit le roi, tout en se perçant un furoncle (qui fit un petit "pschitt" en se crevant).

Et il vécut heureux, adopta un cambodgien et se fit des nattes blondes.