Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas agacé sur nos amis les publicitaires. Il faut vous avouer que j'avais mauvaise conscience. A chaque fois que je critiquais la publicité, je voyais bien que, sur le fond, je poussais à la dépression et au suicide toute une catégorie d'individus, et que ce n'étais pas sympa de ma part. C'est vrai, à cause de moi, tout un pan des cerveaux créatifs français, et même mondiaux, ne se rasait plus (la figure ou les jambes, au choix...) et sur-consommait des anxiolithiques.

Je m'étais donc calmé... Jusqu'à ce que mon regard croise ceci...

PHOT0028

Et là, j'ai craqué. Pourtant, on se dit toujours, lorsqu'on arrête quelque chose, qu'on ne nous y reprendra plus... Mais, je n'ai pas pu. Alors, je replonge.

Que découvre-t-on donc sur cette merveille d'intelligence et de poésie ? Un enfant, de dos, en pyjama, tend son biberon vers le ciel. C'est la nuit. Une pleine lune bienveillante baigne l'ensemble dans une lumière bleutée. Et soudain, nos yeux écarquillés s'aperçoivent qu'au dessus de l'enfant se trouve la constellation de la grande ourse (qui, pour l'anecdote n'a pas cette forme. Il ne s'agit ici que du centre de la constellation, mais, peu importe... Ne troublons pas nos amis créatifs).

Merveille de l'enfance qui, pour réchauffer son lait, le pose dans la grande casserole. Délice poétique, beauté grandiose, innocence enfantine... Cet enfant, bien sûr, représente la génération future vantée par le slogan. L'enfant représente aussi la liberté, puisqu'on peut aisément noter qu'il a la même posture que la Statue du même nom... Voilà, voilà... Tout est donc beau et positif dans cette affiche. Un monde idéal, où l'enfant (meeeerrrveilleux enfant) décroche les étoiles et concrétise ses rêves... Et même le slogan nous pose un monde idéal où nous avons le choix...

Mais, au fait, quelle est cette fabuleuse puissance qui nous amène progrès et liberté ? Serait-ce les étoiles ? La comparaison n'est pas innocente, puisqu'une étoile n'est rien d'autre qu'une extraordinaire centrale nucléaire. Nous y voilà donc...

Sauf que... Sauf qu'il n'y a jamais eu en France le moindre choix sur l'équipement nucléaire, et que, au nom du progrès, les princes qui nous gouvernaient nous ont lancés à qui mieux mieux dans le tout nucléaire, sans la moindre discussion ou consultation. A l'époque, quelques voix se sont bien élevées, mais on a vite taxé ces olibrius de passéistes tout juste bon à ramener la société à l'ère de la bougie.

Moralité, aujourd'hui, le choix ne se pose plus de la même manière, puisque, malheureusement, on n'éteint pas une centrale simplement en appuyant sur OFF... et qu'on s'est tout de même aperçu que Tchernobyl avait eu quelques conséquences, et puis aussi que les déchets nucléaires étaient tout de même des machins un peu encombrants, un zeste gênant, que, justement, les générations futures seront chargées de gérer à notre place (sympa le cadeau !).

Alors, il s'agit de faire un beau packaging, et de maquiller le machin. Que dire sur le nucléaire ? Bin, que diable ! Que c'est une énergie propre, puisqu'elle n'entraîne pas le réchauffement de la planète. Bien joué les amis ! Car effectivement c'est vrai. Tout comme la cigarette est bonne pour les pieds puisqu'elle n'entraîne pas les verrues plantaires.

Alors, que le lobby nucléaire fasse sa sauce à son gré, en toute impunité, en toute opacité (merci les transports de déchets sur les routes dans des camions banalisés, la nuit...), c'est déjà énervant. Mais qu'en plus, on veuille nous faire croire qu'on fait tout ça pour notre bien, là ça mérite des baffes...

Qu'est-ce que j'ai fait de ma pelle, là ? Je l'avais posé dans le coin. Je suis sûr que je n'ai pas perdu la main à la chasse aux créatifs...